Skol Radio - Devenez Animateur Radio

Le gallo, un exemple de langue régionale à préserver


le Lundi 17 Novembre 2014 à 17:35 | Lu 318 fois


Bèrtran Ôbrée, directeur de Chubri, institut du Gallo, s'adressait ce jeudi 13 novembre aux élèves de la Skol Radio. Au programme : présentation du travail de l'institut Chubri, histoire du gallo et explications des outils utilisés pour le préserver !


Créé en 2007, l'Institut Chubri remplit cinq rôles :

- L'inventaire de la langue (grâce notamment à des archives sonores)
-La codification (orthographe, grammaire, terminologie...)
-La traduction vers le français
-La formation (cours du soir, ateliers...)
-Les publications, sous différentes formes, autour de la culture gallo.

D'après l'étude de TMO Régions 2014, on estime à 200.000 le nombre de personnes à parler assez voire très bien cette langue d'oïl. Nous serions même 320.000 à le comprendre, sur un territoire qui représente 3/5e de la Bretagne historique. Des chiffres semblables à ceux obtenus pour le breton.

Le gallo est avant tout une langue orale. Ce qui complique son étude, faute d'écrits.

 

Nos ancêtres les gaulois

On ne sait pas très bien à quand remonte la naissance du gallo. Certains avancent qu'elle découle de la période gallo-romaine (à partir de 52 avant J.-C.). D'autres pensent même qu'elle est apparue plus tôt.

Quoi qu'il en soit, ses premières traces écrites apparaissent au Moyen-Âge, à l'époque du Duché de Bretagne (du XIIe au XIVe siècle). Les textes sont écrits en langue romane, mais certaines spécificités du gallo transparaissent dans les écrits locaux.

Considérée comme la langue du peuple, des gens de terre, le gallo va peu à peu disparaître à la fin du XIXe siècle. Ecole obligatoire en français, centralisation de l'Etat, exode rural vont mettre à mal une culture transmise de générations en générations. La population gallophone subit alors des mises à l'écart de la société, et de fait, une certaine honte de sa culture.

Les années 70 : une renaissance

Il faudra attendre les années 1970 pour que certains, comme l'historien Gilles Morin, se mobilisent pour sauver cette langue régionale.

Des cours sont mis en place dans les écoles. des événements sont organisés, et des oeuvres culturelles traduites en gallo (Tintin et l'Île Noire, par exemple).

En 2004, la Région Bretagne reconnaît officiellement gallo et breton comme langues de la Bretagne (avec bien sûr le français).
Pour autant, largement dominée par la culture bretonnante, le gallo ne doit sa survie qu'au combat d'associations comme Chubri, ou encore Bertegn Gallezz (organisatrice du Festival Mil Goul à Rennes).

Ensemble, elles ont permis de remettre à l'honneur cette belle langue.
 

Pour aller plus loin


Le gallo en musique ça donne ça !

Bèrtran Ôbrée a connu le succès avec Olmon e olva en 2000, un album où il ajoutait une touche de modernité à des chansons en gallo. A vous d'apprécier !



Dans la même rubrique :
< >

Inscription pour recevoir les prochaines dates d'inscription

Les News

Partager ce site