Skol Radio - Devenez Animateur Radio

"La Skolradio, une occasion en or" pour Marianne Vaidie


Rédigé par Guillaume Hubert le Vendredi 13 Janvier 2017 à 10:23 | Lu 156 fois


Elle est tombée dans la marmite radiophonique à la fin de ses études et ne l'a plus jamais quittée. Féministe, bretonnante, elle veut pratiquer la radio "le plus possible".


Marianne Vaidie est née le 7 mai 1990 d'un père breton et d'une mère mayennaise (personne n'est parfait) en Seine-Saint-Denis. A l'âge de 6 ans, ses parents décident de déménager pour se rapprocher de leurs racines bretonnes, à Douarnenez dans le Finistère. Une ville où ils habitent toujours aujourd'hui. Militants et passionnés de culture bretonne, Ils décident de prendre des cours du soir et d'inscrire Marianne en école publique bilingue français-breton.

Elle poursuivra dans cette voie au collège Diwan de Quimper et au lycée Diwan de Carhaix. Après son Bac L, elle enchaine ensuite sur une licence de breton à Rennes, avec la certitude qu'elle ne veut pas devenir enseignante de breton et qu'elle "aime les livres, tous les genres de musiques, les festivals" dans lesquels elle a souvent été bénévole. Elle aime cuisiner, mais pas les Kouign Amann.
Ses convictions et ses contacts dans les milieux bretons la conduisent à postuler à un service civique à Radio Kerne, "pour gagner de l'argent tout en habitant chez ses parents", alors qu'elle n'avait jamais envisagé de travailler dans le journalisme. D'octobre 2014 à juin 2015, elle s'épanouit dans cette radio 100% en langue bretonne. Elle démarre par des chroniques scientifiques à destination des enfants ainsi que des chroniques sur les "genres musicaux méconnus" comme le be-bop. Elle pratique l'interview en studio, le reportage déjanté, réalise des podcasts et des best-of. Rapidement, elle anime seule 3 fois par semaine l'émission matinale Ne vimp ket gwerzhet.

"6 mois, ça passe super vite"

La mission locale de Douarnenez l'oriente ensuite vers deux autres stages : comme rédactrice, au Télégramme de Quimper, "où on lui a fait confiance" et dans une maison d'édition bretonne, Keit Vimp Bev, où elle continue à écrire notamment "un article sur le lombricompost". En parallèle, elle co-fonde l'association féministe bretonnante GAST! bilingue et mixte qui organise le jouissif festival Clitor'ik.

 
"La Skolradio, une occasion en or" pour Marianne Vaidie

En 2015-16, elle effectue une licence pro de journalisme à Lannion (spécialité radio), où elle participera à un projet éditorial sur les violences dans les mouvements sociaux en Bretagne, "regain de tension", en plein mouvement contre la loi Travail. Elle enrichit son expériences avec deux autres stages en radio associative, à Canal B à Rennes où elle fait "de l'info locale" et du reportage à Jet FM à Nantes. Elle "aime le terrain", particulièrement les reportages sur les luttes sociales.



A l'été 2016, elle décide de postuler à la SkolRadio qu'elle voit comme "une occasion en or de pratiquer la radio le plus possible", car elle ressent encore le besoin de travailler son écriture radiophonique et la technique pour se sentir confiante. Elle apprécie l'ambiance de la promotion, "l'ambiance, la diversité des profils, l'humilité des stagiaires. Personne ne se prend pour ce qu'il n'est pas à la Skolradio. Par contre 6 mois ça passe super vite, il faut foncer".

Et après la formation ? Elle et ses boucles rousses partiraient bien "hors de Bretagne pour découvrir d'autres endroits" et travailler à temps plein dans une radio associative, une bonne façon de continuer à satisfaire sa curiosité. Comment dit-on bonne chance en breton ?




Dans la même rubrique :
< >
 

Inscription pour recevoir les prochaines dates d'inscription

Les News

Partager ce site